Le DX VHF

méthode et bonnes pratiques...

Pratique du trafic DX VHF

 

Encore aujourd'hui et ce malgré l'avènement d'Internet et de la téléphonie mobile, réaliser des contacts longues distances reste une acivité courue chez les radioamateurs.
La notion de DX change en fonction du type de bande pratiquée. Il est assez facile de passer les frontières, les mers et océans en HF, cela devient plus compliqué en ce qui concerne la bande des 2m. Faire 250Km sur cette bande, c'est déjà faire du DX. En période de très forte propagation on peut faire des contacts à plus de 1000Km avec une simple yagi et une dizaine de watts.

Force est de constater que les fréquences VHF sont plutôt désertées en ce moment. Si l'on en cherche les causes, voici les réponses auxquelles nous allons nous confronter.
- Une propagation plus capricieuse qu'avant et plus rare.
- La licence "F0" n'éxiste plus, il n'y a donc potentiellement plus de nouveaux arrivants ayant pour seule bande le 2m.
- Les autres licenciés préfèrent la pratique des bande HF ou le DX est plus aisé.
- La remarque la plus entendue en parlant du DX VHF avec d'autres OMs c'est : Il n'y a personne, donc je n'y vais pas. Forcément si tout le monde fonctionne comme cela, il sera difficile de repeupler la bande.

Le 2m est certainement la bande où l'on rencontre la plus grande variété de trafic : EME, SSTV, RTTY, CW, Packet-radio, FM, Relais, Satellite et trafic DX SSB en expédition ou pas... Il s'agit donc d'une des bandes les plus intéressantes parmis celles qui nous sont allouées. Avouez qu'il serait dommage de ne pas exploiter une telle bande !

Partir à la chasse au DX, c'est un peu comme partir à la pêche (certaines mauvaises langues diront que c'est plutôt comme partir à la chasse au Dahu). Il y a des coins plus fréquentés, des heures plus appropriées, des météos plus favorables, du matériel plus ou moins performant auquel il faut ajouter le savoir faire de l'OM.

 

Sample image L'expédition DX

 

Les Bases d'un bon DX

L'antenne
- La première chose est de laisser de côté notre bonne vielle antenne verticale qui nous sert sur les relais pour la remplacer par un antenne à polarisation horizontale. Plus il y aura d'éléments et plus il y a de probabilités d'aller loin sans forcément user de puissances d'émission démesurées. On oublie souvant de travailler nos aériens alors que c'est par là que nous gagnons le plus.
- Pour envisager des contacts longues distances, il me semble raisonnable de tabler sur une antenne fournissant au moins 10 dBI (cela me paraît être le minimum). Ce sont des aériens de 7 à 10 éléments en général. A vous de choisir le type : Quad, yagi, etc...
- Pour gagner en rendement sans avoir d'aériens de tailles démesurées, la solution est généralement de réaliser un groupement d'antennes (Stack de 2, 4 ou plus...). En couplant 2 antennes identiques, on gagne 3 dB, ce qui revient à doubler les performances de l'antenne. C'est la solution que j'ai adopté avec mon stack de 2 quad cubicales 8 éléments.
- Pour ce qui est de la puissance, bien entendue plus il y en a et plus cela va loin. Dans tous les cas, il vous faut respecter les puissances qui sont autorisées par votre classe d'opérateur. L'ampli peut être une solution pour ceux qui ne peuvent pas installer de systèmes d'aérien imposant pour diverse raisons. Il peut être Une solution pour se faire entendre les jours de concours. Evidemment pour les "F0", la question ne se pose pas, leur seule possibilité pour le DX sera de concevoir un système d'aérien à haut rendement.
- Plus votre station sera en altittude, plus l'antenne sera dégagée et élevée au dessus du sol plus les contacts DX seront favorisés.

 

Sample image Groupements d'antennes

Les fréquences
 - La pratique du DX en France s'effectue de 144,150Mhz à 144,400Mhz, la fréquence d'appel étant le 144,300Mhz. On lance son appel sur cette fréquence, dès que le contact est effectué on dégage sur la fréquence de notre choix pour ne pas encombrer le canal d'appel. On annonce en premier lieu le type d'appel (appel DX, appel 2m) puis son indicatif (de F0GMO par exemple). On peu rajouter son Locator (du type JN26CG, c'est mieux que le département), ce qui aide ceux qui vous écoutent à faire le point d'antenne. On répète cela 2 ou 3 fois d'affilée, ensuite on attend les réponses. L'information que vous devrez mettre en avant lors d'un appel, c'est votre indicatif. Il ne faut  pas hésiter à l'annoncer plusieurs fois et utiliser de préférence l'alphabet internationnal pour vous signaler de façon compréhensible en cas de liaison difficile.
- Le mode ne sera plus la FM (F3E) mais l'USB (J3E). Comme vous le savez, dès que l'on désire faire des contacts longues distances en phonie, on privilégie les bandes latérales uniques (LSB ou USB selon la bande sur laquelle on trafique). Pour être un peu plus précis, il s'agit de la classe d'emission que l'on va utiliser. La classe J3E est la "bande latérale unique à porteuse supprimée, sur une voie en téléphonie".


Le carnet de trafic
- Le carnet de logue est obligatoire. Chaque QSO que l'on réalise (que ce soit en local, via les relais ou en DX) doit être renseigné dans un carnet à pages non détachables ou numérotées. Aujourd'hui, dans la plupart des cas, ce document est passé sur informatique. Il y en a de toutes sortes : Winlog, Winref, etc ... Personnelement, Après avoir conçu mon premier carnet de trafic sur Excel, je suis passé à des outils plus complets. J'utilise "Winlog32" pour l'ensemble de mes QSO et "WinrefTHT" pour les concours. Le premier est parfait tant qu'il s'agit de renseigner ses QSO, le second permet en plus de beamer l'antenne, de contrôler les doublons, il offre un péroquet aussi bien pour la phonie que pour la CW, etc... Bref il est adapté aux besoins des concours radio.

La carte QSL
- Il est toujours bon de se concocter une belle petite carte QSL personalisée en prévision des QSO avec échange de carte QSL. Vous pouvez utiliser la bonne vielle méthode de la carte papier, la methode de l'E-QSL ou encore les 2. Evitez le modèles déjà tout fait que l'on va retrouver un peu partout. Prenez le temps de concevoir votre carte en fonction de vos envies. Il est toujours plus agréable de recevoir une carte unique qui représente bien l'OM.

 

Sample image Recto et verso de mon ancienne carte QSL

Les logiciels 
- Les logiciels ou sites web que vous pouvez utiliser en plus sont les DX Cluster (DXfunCluster par exemple), logiciel de prévision de propagation (aprs.montainlake.k12 sur le web), etc ... (voir la rubrique dédiée aux logiciels sur ce site).

Le bon moment
- En règle générale, le gros du trafic se fait tôt le matin (entre 7h et 10h) et en fin d'après-midi (entre 17h et 19h). A certaines périodes de l'année on peut profiter de la propagation dite sporadiques qui est de courte durée mais qui permet de réaliser des contacts plus lointains qu'à l'habitude.
- On distingue deux types de trafic DX en fonction de la propagation.
  - Troposphérique : les ondes se propagent à l'intérieur de la couche inférieure de l'atmosphère appelée troposphère. Des différences de températures en fonction de l'altitude incurvent vers le bas le trajet des ondes qui suivent alors la courbure terrestre et peuvent être reçues beaucoup plus loin. Les signaux sont généralement instables et affectés d'un fort QSB (variations de l'amplitude du signal). Il arrive que la modulation soit déformée et chevrotante. Des contacts à 500 km sont assez fréquents les jours de concours, plus rares au-delà de 1000 km. On aura intérêt à surveiller les balises (entre 144,400 et 144,500).
  - E-sporadique : la couche E est située à une centaine de kilomètres d'altitude. Elle fait partie de l'ionosphère et réfléchit les ondes courtes, permettant de réaliser sur décamétriques des contacts à plusieurs milliers de kilomètres. En temps normal la fréquence maximum utilisable (FMU) pour trafiquer par réflexion sur la couche E est de l'ordre de 30 ou 40 MHz, quand le cycle solaire est favorable. Elle est donc inutilisable sur 144 MHz. Par contre il arrive qu'en certaines saisons des "nuages" ionisés se forment au niveau de la couche E qui réfléchissent les ondes de fréquence très élevées. Quand les fréquences dépassant 144 MHz peuvent être réfléchies il est alors possible de réaliser des contacts à plus de 2000 km avec une puissance de quelques watts et une antenne toute simple (voire un quart d'onde en mobile). La période la plus favorable à ce type de trafic se situe entre mai et juin, les matin et en fin d'après-midi.

Sample image Propagation E-sporadique

 

- Enfin surtout, n'oubliez pas, il faut respecter les règles de bonne conduite (la façon de lancer un appel, de dégager la fréquence d'appel quand on a trouvé quelqu'un pour faire un QSO, etc...). Il est donc préférable de faire de l'écoute avant de se lancer.

Prévisions de propagation
HF/VHF

Les ondes électromagnétique

Sample image Principe de la BLU...

Sample image Carnet de trafic

Sample image Carrés Locator

SOTA 144Mhz